Camus Albert - Tout à fait subjectif

forget-me-not

arrow_left_green_48

Tout à Fait Subjectif*

Je veux des barricades qui servent à quelque chose. Que près des immortelles, elles vivent, les roses...-Henri Tachan


La Lune

LUNE


Camus Albert

Commentaire personnel

L-EtéC'est un petit opuscule de 130 pages, petit format, composé de textes des années de 1936 à 1953, c'est un régal, une friandise, même si parfois ça décolle et atteint des sommets, où personellement j'ai un peu de mal à suivre Albert dans ses concepts philosophiques qui frisent l'abstraction.
Mais Qu'elle écriture ! Ouahou !
J'en suis tourneboulé et, je me jure qu'après ça, il serait indécent que j'écrive quoique ce soit..

Mais je n'ai aucune volonté! 😊

barre_noirebarrerouge

L'été-Camus-Extrait
-L'énigme-

Tombés de la cime du ciel, des flots de soleil rebondissent brutalement sur la campagne autour de nous....
[...]
Où est l'absurdité du monde ? Est-ce ce resplendissement où le souvenir de son absence ? Avec tant de soleil dans la mémoire, comment ai-je pu parier sur le non-sens ?
On s'en étonne autour de moi ; je m'en étonne aussi, parfois. je pourrais répondre, et me répondre, que le soleil justement m'y aidait et que sa lumière, à force d'épaisseur, coagule l'univers et ses formes dans un éblouissement obscur. Mais cela peut se dire autrement et je voudrais, dans cette clarté blanche et noire qui, pour moi, a toujours été celle de la vérité, m'expliquer simplement sur cette absurdité que je connais trop pour supporter qu'on en disserte sans nuances. Parler d'elle au demeurant, nous ménera de nouveau au soleil.
     Nul homme ne peut dire ce qu'il est. Mais il arrive à dire ce qu'il n'est pas.Celui qui cherche encore, on veut qu'il est conclu. Mille voix lui annoncent déjà ce qu'il atrouvé et pourtant, il le sait, ce n'est pas cela. Chercher et laisser dire ? Bien sûr. Mais il faut, de loin en loin, se défendre. Je ne sais pas ce que je cherche, je le nomme avec prudence, je me dédis, je me répète, j'avance et je recule. On m'enjoint pourtant de donner les noms, ou le nom, une fois pour toutes. Je me cabre alors ; ce qui est nommé, n'est-il pas déjà perdu ? Voilà du moins ce que je puis essayer de dire.
[...]......................


Posté par bartok79 à 14:21 - Textes choisis - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tout à fait subjectif
L' IXODE

Commentaires sur Camus Albert

Nouveau commentaire

17 décembre 2020