forget-me-not

arrow_left_green_48

Tout à Fait Subjectif*

Je veux des barricades qui servent à quelque chose. Que près des immortelles, elles vivent, les roses...-Henri Tachan


La Lune

BACURAU-5 et Fin ?

bacurau

Et puis, plus tard, le lendemain  l'apparition d'un personnage important, le préfet du secteur (certainement le responsable de la construction du barrage) qui vient faire campagne pour les futures élections, dans un village déserté par ses habitants.
Arrivée en fanfare, surréaliste, sono à fond, camion vidéo, gros van de luxe avec gardes du corps, lui grand, bedonnant, jeune, stetson, santiags, jean moulant, cheveux calamistrés, la caricature pafaite du politicard pourri, complétement hors sol.
Il vient livrer un camion benne de livres et il les benne en vrac devant l'école, mille livres, et aussi des antibiotiques périmés parmi lesquels se sont glissées (comme par hasard) des substances hautement addictives et abrutissantes. De la nourriture aussi, en grande partie périmée et il fait son petit discours, satisfait de lui même, et en guise d'ovations, pleut un torrent d'injures venu des habitations closes, de  nulle part..."fumier,bachibouzouk, escroc, gangster, affameur, naufrageur, moule à gaufre" (là, j'essaye de me rapprocher le plus près possible de ce dont je me souviens).
Cette scène très forte est très théâtrale et montre bien le peu de cas que fait l'administration politique de la vie des administrés et pour finir il embarque,il kidnappe devrais-je dire,  dans son van une jeune fille du village (une pucelle) on imagine très bien, pour satisfaire ses appétits sexuels.
C'est vraiment l'image du propriétaire esclavagiste et du droit de cuissage.
Un jour se passe, une nouvelle nuit enveloppe le village et ses habitants.
Mais cette nuit un drame va se nouer, la nuit est limpide une grande et belle lune éclaire le paisible village, le ciel est constellé de centaines de milliers d'étoiles, pas un bruit.

Et soudain dans les rues on entend des claquements de sabots sur les pavés, des hennissements, des piaffements, les chevaux d'une ferme proche se sont échappés, ils sont affollés, il va falloir les ramener.
Ici commence un autre film, la violence va faire son apparition, des touristes d'un style un peu spécial, vont se manifester, chevauchant  leur trails pétaradant, casqués, vétus de combinaisons de cuir aux couleurs criardes.
Et la vie ne sera plus jamais comme avant.

Et ici s'arrête mon récit, je ne veux pas divulgacher, spoiler (beurk)

je peux continuer mais il va falloir m'implorer..

A suivre

 

Posté par bartok79 à 10:17 - Textes choisis - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tout à fait subjectif
L' IXODE

Commentaires sur BACURAU-5 et Fin ?

Nouveau commentaire

24 octobre 2019