forget-me-not

arrow_left_green_48

Tout à Fait Subjectif*

Je veux des barricades qui servent à quelque chose. Que près des immortelles, elles vivent, les roses...-Henri Tachan


La Lune

Pearl Harbour, puis Hiroschima, Nagasaki

sono

Anniversaire de Muguette ** le 30 août 2019


" Je viens vous prévenir que je vais fêter mon anniversaire, mes 18 ans, avec des copains, donc on va faire un peu de bruit"
Ça c'était l'année dernière, 18 ans c'est le bel âge, la fête se conçoit bien.
Nos habitations sont situées autour d'une placette plus ou moins circulaire d'une vingtaine de mètre de diamètre.
Autour de cette placette, privée, en indivis, trois anciennes maisons poitevines en bonne grosses pierres de taille.
De chez moi, en tournant le dos à ma maison, celle d'Albert à ma gauche et sa façade assez impressionnante d'environ 18 mètres avec un étage sous combles, l'ancienne maison de maîtres d'antan, avec un grand terrain sur l'arrière, dans mon dos, ma petite maison, ancienne aussi, (elle apparait sur le cadastre napoléonien ainsi que les 2 autres )  mais beaucoup plus modeste, une maison d'ouvrier agricole, j'imagine, avec sur l'arrière un grand terrain d'environ 5000 M2, une maison de 12/13 m de façade et 8 de profondeur, basse, avec des combles perdues non habitables.... mon vis à vis,  une autre maison toujours multiséculaire, un ancien gros bâtiment de ferme .
C'est là que les parents de "Muguette" Paul et Virginie habitent, cette maison est mitoyenne avec un petit corps de ferme naguère habité par un vieux monsieur mort depuis quelques années, maison vide, d'ouvrier agricole, je ne sais.
Devant une courette, derrrière un assez grand terrain tout en longueur.
Paul y a installé dans un petit recoin, à l'abri, une sono très performante avec une puissance en watts que je ne peux qu'imaginer par le son qui s'échappe des enceintes lorsque la bête est en fureur, d'elles se ruent des décibels ravageurs.
C'est là que Muguette a donc décidé de fêter ses 18 ans, les parents, les voisins, ont tous disparus comme par enchantement, j'aurai dû me méfier, laissant à la discrétion de la fille et des amis, et copains de celle ci l'usage du monstre.
Rien, jusqu'à tard dans la nuit, puis petit à petit des scooters, des petites motos, de rares voitures ont fait leur apparition bruyante, sur tous les points de stationnements, sauf la placette, celle ci étant en indivis et appartenant de fait à tout le monde donc à personne, zone tampon inaccaparable, noman's land en principe respecté.
Puis la fête a commencé, doucement, des cris, la musique sans trop de puissance, mais ça c'est vite gâté, les excitants naturels ou pas, faisant leur effet, et vers 3/4 heures du matin, j'ai cru que la troisième guerre mondiale venait de se déclencher, Pearl Harbour, puis Hiroschima, Nagasaki, tous les murs et les fenêtres tremblaient, la maison a tenu le coup, je suis sorti voir si les tuiles du toit n'avaient pas été soufflées.....non tout va bien mais quand même, j'aurais été à 50 cm des enceintes, je pense que cela aurait été equivalent?
Cerné par les graves qui me nouaient les tripes, harcélé par les aigus, j'ai cru que j'allais me désintégrer et disparaitre corps et bien sans laisser de trace de mon existence..
Et ça a duré 2 nuits de file,  avec les trêves des journées où les sauvages se reposaient et prenaient des forces pour attaquer la nuit suivante et décibeller comme des vikings montant à l'assaut des remparts de Paris, défendus par Geneneviève, et là,  j'étais Geneviève, mais anéantie, essorillée, lessivée, tordue, cinsée et s'écoulant dans de grands gloups, gloups, dans un énorme cratère qui s'ouvrait et dans lequel furieusement la musique s'engouffrait, en multitudes de notes, de décibels grouillants et ravageurs et me carpettisant..
Et Hier, la revoilà avec son petit rictus en coin et des paroles rassurantes .
"Je viens vous avertir que je vais fêter mon anniversaire, 19 ans, nous allons faire un peu de bruit, mais on va se décaler vers le fond du jardin et vous nous entendrez moins"

 Ça part  d'un bon sentiment, j'y suis sensible et je lui souhaite même en bafouillant un semblant de..."bon anniversaire alors".. mais toujours ce petit rictus qui déforme ses lèvres et ses yeux qui brillent d'une étrange lueur, l'air de dire "tu vas voir ce qu'on va te mettre vieux à t'en faire exploser les tympans.." j'aurais dû me méfier, surtout quand je constatais que les parents s'étaient barrés et le voisin Albert aussi avec toute sa famille.
C'était l'exode quoi, et moi n'ayant nulle part où aller j'allais subir l'invasion transsonnique comme l'an dernier! Mais...mais moi aussi je vais fuir, faire mon exode personnel, fuir pour échapper aux graves profonds et aux aigus vrillants des hordes sauvages.
Il fait beau et chaud, je me souviens toutes les nuits passées à la belle étoile avec Myriam, combien de fois avons nous sorti dans le jardin, sous les arbres, la mousse qui nous servait de matelas et les duvets, pour dormir et contempler ces magnifiques ciels poitevins, les constellations, la lune,  une myriade de points lumineux qui nous faisaient songer à la phrase de Pascal "... le petit espace que je remplis et même que je vois abîmé dans l’infinie immensité des espaces que j’ignore et qui m’ignorent, je m’effraie et m’étonne de me voir ici plutôt que là..."
Donc j'ai tiré mon hamac au fond du jardin,(photo) me voilà éloigné de la déflagration d'environ 150 mêtres, et je vais pouvoir m'endormir, bénaise en contemplant la voute céleste et revivre ces moments merveilleux vécus dans un autre monde, une autre vie, et avoir la sensation de faire partie intégrante de ce ciel qui m'effraie, et m'enchante et peut être aurais-je la chance de voir une petite étoile filante retardataire des Perséides qui font la beauté, l'attrait de ces ciels du mois d'août..
Mais à 4  heures du matin..
La troisième guerre mondiale se déclenche, Pearl Harbour, Hiroschima, Nagasaki, les ramiers au-dessus de moi, s'envolent apeurés et fuient vers des lieux plus tranquilles..
J'avais prévu et me voilà avec mes protections de bûcheron sur les oreilles, je n'entends plus rien mais les graves me pénétrent par tous les pores de mon corps.. J'aurais dormi 4 heures et souffert une, c'était le chant du cygne, la queue de la comête..
Le calme est revenu mais le sommeil enfui !
Une grosse sieste cet après-midi et je rejoins la maison,  je constate que la voiture des parents est à sa place, c'est la fin, la Paix revenue jusqu'à l'année prochaine, peut être..
"Bonjour, je viens vous prévenir, je vais fêter mon anniversaire, 20 ans c'est incontournable, mais ne vous en faites pas....."
Vingt ans et moi, peut-être, 75, quelques jours avant... le 26..

** Les prénoms sont inventés bien sûr
                                                                                                         Christian Vivier-Damiani le 31 Août 2019-La Garde

Posté par bartok79 à 18:06 - Humeur/Humour - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tout à fait subjectif
L' IXODE

Commentaires sur Pearl Harbour, puis Hiroschima, Nagasaki

  • AHAHAHAHA très bien écrit : on s'y croirait ! et tellement vrai : l'enfer du voisinage ! eh eh eh !

    Posté par Satanlabite, 01 septembre 2019 à 12:28 | | Répondre
  • EH oui ! Tu me tends la perche Satan, as-tu reconnu de qui je parlais 😂😂😈 Tu es un ancien de ces lieux et ton ectoplasme les hante toujours, de temps en temps une odeur de soufre....Avé Satan 👿

    Posté par bartok79, 01 septembre 2019 à 13:13 | | Répondre
Nouveau commentaire

31 août 2019