forget-me-not

arrow_left_green_48

Tout à Fait Subjectif*

Je veux des barricades qui servent à quelque chose. Que près des immortelles, elles vivent, les roses...-Henri Tachan





Le 18 décembre

Éphéméride Le 18 décembre

[...]
Il pleut, dong, dong,dong,dong,
sur la plaque de foyer de la cheminée.
Cadence arythmique,
des jours de pluie et de vent.
C'est la musique de l'eau dans la maison,
rythme lancinant, obsédant, répétitif.
C'est la bossanova du pauvre.
                                         
La Garde le 24 Mars 2015

Tout est gris, dégoulinant et ça me rend morose..
Il faut pourtant avoir une pensée positive, la pluie est nécessaire, sans eau, sans elle, pas de vie possible.

Depuis des années un déficit chronique des chutes de pluie fait que les nappes phréatiques sont au plus bas et qu'elles n'arrivent pas à se recharger.
Le réchauffement climatique en est la cause, c'en est le signe avant coureur, bientôt le sahel, voilà que j'exagère, ce n'est pas pour nous, pas encore, mais pour nos enfants, nos petits enfants. Alors on s'en fout un peu ?
Les mêmes qui donneraient la pupille de leurs yeux pour leurs enfants, ne sont pas pr
êts à admettre qu'il faut changer du tout au tout notre façon de vivre.

bassine

Si nous continuons à faire comme si de rien était, comme si nous pouvions vivre, pendant des siècles et des siècles, comme du temps où nous pensions que tout était permis, que le monde était immuable, nous laisserons à notre descendance une planète morte, invivable.
N'est-il pas déjà trop tard ?
Certains le disent et d'autres continuent d'agir comme si de rien était.
Mais voilà, le professeur Nimbus est arrivé avec sa cohorte de technocrates, ses sectateurs qui voudraient que rien ne change.
Continuer à cultiver comme dans les années cinquante/soixante, irriguer, déverser des hectolitres d'eau sur leur culture quand les humains vont en manquer.
Il
s ont trouvés la solution, faire des retenues gigantesques (appelées aussi "bassines")etnombreuses.
On va pomper dans les nappes en périodes d'abondance, en hiver et au printemps, et on "restituera?" en été en irrigant.
Bonne idée, sauf que les niveaux des dites nappes est déjà trop bas en hiver et au printemps, c'est le problème de
la quadrature du cercle..
Alors après avoir gravement pollué les nappes supras, on va pomper dans les infras (celles qui sont à l'origine de l'eau potable) !?
Il suffirait peut être, tout simplement de changer de cultures, (je sais ce n'est pas si simple, mais au point où l'on arrive, rien n'est simple) et se tourner vers des végétaux moins avides d'eau, et pratiquer d'autres méthodes culturales.
Rien n'est si
mple, je le concède mais plus vite on admettra qu'il faut en passer par là et moins ça sera difficile.
A mon avis et que
nous sommes de plus en plus nombreux à partager, il est peut être déjà trop tard...
Mais ce n'est pas une raison pour baisser les bras.

 

Posté par bartok79 à 11:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tout à fait subjectif
L' IXODE

Commentaires sur Le 18 décembre

Nouveau commentaire

18 décembre 2017