forget-me-not

arrow_left_green_48

Tout à Fait Subjectif*

Je veux des barricades qui servent à quelque chose. Que près des immortelles, elles vivent, les roses...-Henri Tachan


La Lune

Demander la Lune


Le 16 décembre

Éphéméride Le 16 décembre

J'aime bien le matin en me levant, une belle gelée, l'herbe toute blanche et un grand ciel tout bleu illuminé par un gros soleil resplendissant. C'est le cas ce matin.

Je viens de lire une histoire instructive qui pourrait, il me semble être adaptée de nos jours, pour des faits similaires.
C'est la légende d'Érysichthon, nom grec qui signifie "Le laboureur", elle fait partie du cycle de Déméter, la déesse de la culture et

chene

des moissons.
J'en fais une interprétation libre, la légende dit que le "fameux laboureur" voulait abattre un chêne, qui j'imagine devait le gêner, lui ôter son soleil, ou était-il situé au beau milieu d'un de ses champs. Donc le voilà parti avec quelques hommes pour abattre l'arbre vénérable, à plusieurs titres, parce qu'il était magnifique, très vieux, pourvoyeur de belles glandées, et surtout, certainement pour toutes ces raisons, protégé par la déesse de la terre Déméter.

Aucun des hommes venus avec Érysichthon, ne voulut abattre le grand chêne, sachant qu'ils en seraient châtiés.
Mais notre laboureur, obtus et bestial, pris sa cognée et à lui tout seul commis l'irréparable.

Déméter se mit en pétard et elle le comdamnat à avoir toujours  faim, une faim inextinguible, la fringale quoi. Et ce qui devait arriver arriva, il mangea tant et tant qu'il se ruina, son père le maudit et il finit par se dévorer lui même.
C'est qu'on rigolait pas avec les Dieux en ce temps là !

Je pense donc à tous ceux agriculteurs ou pas, qui abattent sans état d'âme toutes les haies autour des champs, toujours avec de bonnes raisons selon eux et qui font de nos campagnes de mornes plaines.
Je me souviens quand j'allais dans ma famille par alliance, la sœur de mon ex femme qui habitait la Beauce, de chez elle on voyait aux quatre points cardinaux des clochers d'églises qui se situaient à plusieurs dizaines de kilomètres, pas un arbre, rien, le vide.
Et bien chez nous certains endroits en sont rendus au même point, le regard se porte au loin,  ne rencontre aucun obstacle si ce n'est le vallonnement du relief.

La trame verte et bleue, un beau nom, une initiative pleine de promesses, mais qu'en est il ?

Je vais de chez moi à un village, par une petite route en sous-bois, qui passe en lisière d'une forêt et je vois de plus en plus de grandes coupes à blanc et quelques temps après les terrains gagnés sur les bois sont cultivés, elle va aller jusqu'où cette extension ?. On peut aussi supputer que la demande de bois de chauffage est importante et que la vente en est d'un bon rapport.
Mais alors il faut gérer..

Ce sont des bois privés donc aucune infraction de commise mais c'est envers la nature qu'il y a une atteinte insupportable.
Bon à tous ceux là qui défrichent, qui gomment les palisses, je ne leur souhaite pas, bien sûr, le supplice d'Érysichthon mais j'aimerais qu'ils fassent une pause et qu'ils réfléchissent.
Il y a peut être d'autres solutions..

Posté par bartok79 à 12:00 - Textes choisis - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tout à fait subjectif
L' IXODE

Commentaires sur Le 16 décembre

Nouveau commentaire

16 décembre 2017