forget-me-not

arrow_left_green_48

Tout à Fait Subjectif*

Je veux des barricades qui servent à quelque chose. Que près des immortelles, elles vivent, les roses...-Henri Tachan



Réaction de Delphine Batho sur le Glyphosate

 

Dangerdemort

Commentaire personnel

Autoriser l'usage du glyphosate pendant encore 5 ans, c'est reculer pour mieux, ne pas, sauter.
Tant que la facilité d'utiliser cet herbicide sera possible on ne cherchera pas de solutions écologiques à mettre en œuvre, c'est tellement plus simple.
Dans 5 ans on en sera toujours au même point, avec toujours le faux argument, comme quoi une interdiction immédiate ou sur un très court délai, serait trop brutale et qu'il faut encore du temps, encore un délai.
Mais contrairement à ce que disait le poète "le temps est notre ami", nous n'avons plus le temps et il est devenu notre défi, ça urge..

Mais je parie qu'entre temps nos professeur Nimbus, nos petits chimistes auront trouvé un palliatif au glyphosate, une molécule miracle, encore pire, mais bien plus géniale et tout sera à refaire.
Le Dicamba montre son nez, mais il n'est pas nouveau celui là non plus, c'est un tueur comme l'autre, mais le soja génétiquement modifié y est résistant...Alors ?
Tant qu'il y aura des OGM résistants à certaines molécules, on aura des glyphosates, des dicamba etc..
Faisons confiance en l'industrie chimique pour en créer d'autres, inoffensifs bien sûr.

Et bien sûr aussi en l'agriculture extensive et productiviste.



 

Posté par bartok79 à 23:41 - Humeur - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tout à fait subjectif
L' IXODE

Commentaires sur Réaction de Delphine Batho sur le Glyphosate

    Une fois de plus notre Députée défend l'humain avant tout. Nous devrions passer ce message, informer pour une vrai prise de conscience pour créer une force. La FNSEA veut manifester pour contester la décision d'arrêter dans 3 ans pour la France, alors qu'ils devraient manifester pour se défendre et nous défendre contre ce poison. En ce moment ils ne nous nourrissent pas ils nous empoisonnent. Même au bénéfice du doute on devrait arrêter de suite le glyphosate.

    Posté par Raymonde Loizon, 29 novembre 2017 à 14:05 | | Répondre
  • "Même au bénéfice du doute on devrait arrêter de suite le glyphosate." Sur ce point nous sommes d'accord. Je comprends le malaise des agriculteurs, leur Mal-être..MAIS C'EST PAS EN REFUSANT DE CHANGER QUE LEURS PROBLEMES VONT CESSER. Ce n'est pas possible de vivre avec 350 € par mois, cherchez l'erreur, ,j'en parle en connaissance de cause, je l'ai fait avec 3000 F, un peu plus de 450 €, j'étais seul mais propriétaire et j'ai vécu d'expédients, à la limite, ça a duré plusieurs années et un jour, j'ai fait la bonne rencontre.. Si tu n'as que ça comme revenu,à l'heure actuelle, c'est impossible, donc tu ne payes pas de loyer, tu as un jardin potager, une basse-cour, ta femme est enseignante ou fonctionnaire.. Donc il faut arrêter avec cette histoire de 350 € par mois POUR VIVRE, même si je ne conteste pas le chiffre et c'est anormal.Mais que se cache-t-il derrière ce chiffre ?

    Posté par bartok79, 29 novembre 2017 à 14:34 | | Répondre
  • Les agriculteurs pensent qu'il n'y a pas d'autre solution parce qu'on leurs a inculqué qu'ils n'en avaient pas.Marie Monique Robin nous démontre dans son film, livres et reportages, qu'il y en a d'autres. Si on arrêtait de suite le glyphosate, les recherches seraient plus soutenues et surveillées pour prendre le pas au changement qui aurait le temps de ce délai d'adaptation.Les 5 ans donnés par les décideurs de l'Europe, relève de l'inconscience, ils auront à répondre des conséquences. La santé n'a pas de prix !

    Posté par Raymonde Loizon, 29 novembre 2017 à 15:17 | | Répondre
Nouveau commentaire

28 novembre 2017