forget-me-not

arrow_left_green_48

Tout à Fait Subjectif*

Je veux des barricades qui servent à quelque chose. Que près des immortelles, elles vivent, les roses...-Henri Tachan


La Lune

Demander la Lune


La candidature de Sarkozy : c'était un gag

Nicolas Sarkozy a surpris tous les commentateurs en annonçant qu’il se retirait de la vie politique

Le président visitait ce matin l’usine Photowatt de Bourgoin-Jallieu.

Ce mardi 14 février, Nicolas Sarkozy a surpris tous les commentateurs en annonçant qu’il se retirait de la vie politique. C’était dans la salle de croissance de l’usine Photowatt de Bourgoin-Jallieu (Isère), «acteur incontournable du photovoltaïque depuis 1979.» L’émotion était universelle.

«Votre emploi est sauvé» a dit le chef de l’Etat aux ouvriers alors qu’il annonçait, non sans panache, le rachat de l’usine par EDF. On sentait qu’il y avait un peu d’envie dans sa voix. Car si les 430 emplois de l’usine semblent sauvegardés, Nicolas Sarkozy, lui, n’a pas cette chance. Le chef de l’Etat a compris qu’il avait déjà perdu les élections et qu’il devait se préparer avec philosophie à entrer dans une nouvelle phase de sa vie.

Pour tous les spectateurs, ce fut une cérémonie poignante que d’entendre ce quinquagénaire hypersensible, ce professionnel qui fait de la politique depuis trente ans, exhaler cette plainte déchirante devant les fours où se fondent les lingots de silicium: «Non! On n’est pas foutu à 50 ans… parce que le métier qu’on fait depuis trente ans s’arrête…». Il était difficile de ne pas entendre dans ces crânes paroles comme un cri de détresse et d’impuissance.

On l’aura compris. Sous prétexte de parler aux ouvriers de Photowatt, Nicolas Sarkozy ne parlait que de lui-même. Quand il disait aux opérateurs de production et aux techniciens de maintenance: «Ca fait trois ans que vous devez avoir une boule dans le ventre en vous demandant de quoi demain sera fait…», on sentait le vécu, la prise de conscience de son échec au sommet de l’Etat, toute la douloureuse faillite d’un quinquennat effroyablement manqué.


Incroyable mais vrai ! En savoir plus...

Posté par bartok79 à 13:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tout à fait subjectif
L' IXODE

Commentaires sur La candidature de Sarkozy : c'était un gag

Nouveau commentaire

16 février 2012