forget-me-not

arrow_left_green_48

Tout à Fait Subjectif*

Je veux des barricades qui servent à quelque chose. Que près des immortelles, elles vivent, les roses...-Henri Tachan


La Lune

Demander la Lune


Pour La Poste

La_terre


Pour une enquête sur la poste

Les députés communistes et du Parti de gauche demandent une commission d’enquête parlementaire sur la présence postale territoriale.

« Il s’agit de mettre un coup de pied dans la fourmilière » du service public postal. C’est ainsi que le député communiste du Puy-de-Dôme, André Chassaigne, a présenté la semaine dernière la proposition de résolution qu’il a déposée au nom des députés du Parti communiste et du Parti de gauche. L’objet de ce texte est d’obtenir « la création d’une commission d’enquête sur la politique de présence postale territoriale de La Poste ». Un texte pour lequel les députés ont travaillé notamment avec des syndicalistes, des élus locaux, et aussi le très actif Collectif de défense et de développement des services publics de Thiers-Ambert.

Menaces sur le courrier à domicile

Présentant le projet de changement de statut de La Poste comme « l’étape finale d’une libéralisation progressive » et « l’antichambre de la privatisation », la résolution inscrit l’évolution de la politique de présence postale territoriale dans la perspective de cette transformation, inspirée par l’adaptation dans la loi française des directives européennes planifiant l’ouverture progressive à la concurrence des activités postales - qui sera totale au 1er janvier 2011. Dans ce paysage s’inscrivent aussi la fermeture des centres de tri départementaux et leur regroupement dans des plateformes régionales « avec comme conséquence, pour l’usager, une avancée des heures de levée », et le plan « Cap qualité courrier » qui allonge les tournées des facteurs « au détriment du lien social qui fait la renommée de La Poste ». Avec à terme le risque, souligne la résolution, de voir la distribution du courrier « ne plus être assurée à domicile, comme cela se pratique en Suède, où le client va chercher son courrier au bureau de poste » ou doit payer pour être livré à domicile.

Points de contacts ou bureaux ?

Mais le « gros morceau » de la présence postale, c’est bien entendu le cas des bureaux de poste eux-mêmes. Aujourd’hui La Poste continue de brandir le chiffre de 17 000 « points de contact » sur tout le territoire. André Chassaigne réfute cette idée alors que « près de 35 % de ces 17 000 points de contact ne sont plus des bureaux de Poste, mais de simples » agences postales communales (APC, au nombre de 4 153) ou des Relais Poste (1660) confiés à des commerçants. Outre que les APC représentent un transfert de charge sur les communes, donc une sorte de « double peine » pour les usagers qui paient le service une deuxième fois via leurs impôts locaux, il s’agit surtout d’une dégradation du service lui-même. Envois en Chronopost, poste restante, envois en nombre, retrait de valeurs ou envois contre remboursement sont ainsi indisponibles dans les APC comme dans les Relais Poste. Et c’est pire dans le domaine des services financiers puisque sur les Livrets A comme sur les CCP, les retraits sont limités à 300 euros par semaine. Et pour ces derniers, seuls les titulaires du compte peuvent effectuer des opérations - ce qui pose de lourds problèmes aux associations locales, dont les animateurs sont contraints de se rendre au bureau de poste de rattachement pour la moindre opération. A toutes ces restrictions il faut ajouter, dans les Relais Poste où seules les opérations de base sont possibles, la question de l’absence de confidentialité.

« Méthodes proches du harcèlement »......

LIRE la suite.....

*

Posté par bartok79 à 23:28 - Société - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tout à fait subjectif
L' IXODE

Commentaires sur Pour La Poste

Nouveau commentaire

30 juin 2009