forget-me-not

arrow_left_green_48

Tout à Fait Subjectif*

Je veux des barricades qui servent à quelque chose. Que près des immortelles, elles vivent, les roses...-Henri Tachan


La Lune

Triste bilan

L'abécédaire des promesses non-tenues de Nicolas Sarkozy
Par Juan.

En cette fin d'année, dressons le bilan des promesses non-tenues du président de la République.

Particulièrement celles que Nicolas Sarkozy avait affirmé vouloir tenir tout de suite, avec des résultats rapides. Il est temps, en ces derniers jours de décembre, de dresser le bilan des promesses non-tenues du président Sarkozy.
2008 fut sa première année entière d'exercice présidentiel.
Une année agitée mais maussade pour le Monarque : désastre des élections municipales, tensions internationales, remontée du chômage, présidence européenne sur fond de crise mondiale.

Les sujets n'ont pas manqué pour justifier le volontarisme du Monarque.
Mais le divorce entre Sarkozy et les Français semble consommé : au-delà de ses agapes amoureuses et dérapages bling-bling, Nicolas Sarkozy paye d'avoir trahi certaines promesses.
L'intégralité de son programme ne pouvait évidemment pas s'accomplir en 86 semaines de présidence. La critique vise ailleurs. Sur certains sujets, il nous avait promis des résultats rapides. Jugeons-le aux actes.
La liste qui suit est une première revue, non exhaustive, des engagements non-tenus mais qui auraient dû l'être, un abécédaire des échecs de l'année qui devrait troubler l'électeur du 6 mai.
- Allocations Familiales
« J'aiderai les familles à chacune des étapes de leur existence. En particulier, j'allouerai des allocations familiales dès le premier enfant », promettait Sarkozy dans son « projet;» électoral.
En avril dernier, on apprenait que que les bonifications accordées pour les adolescents ne seraient plus versées dès les 11 ans, mais après 14 ans.
Tout ça pour économiser 138 millions d'euros sur le dos de 4,5 millions de familles.
- Banlieues
Fadela Amara était l'une des « prises » politiques de Nicolas Sarkozy en mai 2007.
Elle incarnait aussi un espoir de rénovation et de réhabilitation des banlieues : site web participatif, déclarations tonitruantes sur le plan « anti-glandouille » en août 2007, puis annonce d'un plan « Banlieues Espoirs » en février 2008 soit-disant doté d'un milliard d'euros !
La promesse d'un contrat de travail unique sensé simplifier les embauches en banlieues est vite oubliée.
Le plan Amara regroupe des dépenses gérées par d'autres ministères.
Dix mois plus tard, le 17 décembre dernier, Nicolas Sarkozy reconnait que le plan est un échec.........

A SUIVRE


Posté par bartok79 à 15:20 - Société - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tout à fait subjectif
L' IXODE

Commentaires sur Triste bilan

Nouveau commentaire

28 décembre 2008