forget-me-not

arrow_left_green_48

Tout à Fait Subjectif*

Je veux des barricades qui servent à quelque chose. Que près des immortelles, elles vivent, les roses...-Henri Tachan


La Lune

Réseau Education Sans Frontières

resf1) Une famille Kosovare est en rétention à Pau. Elle doit être expulsé sur l'avion privé du ministère de la rafle et du drapeau demain. URGENCE ABSOLUE DONC

2) Un père de 3 enfants, Colombien, en rétention à Lyon.

 

 

La préfecture de Pau célèbre la journée internationale des droits de l'enfant !

La deuxième "Opération Kossovo" de la préfecture des Pyrénées Atlantiques n'a pas complètement réussi : la famille Rrusta n'a pas été expulsée hier, comme on peut supposer qu'elle aurait pu l'être, suivant la même procédure que pour la famille Sylejmani.

Pour la deuxième fois en moins de six  mois,  la  préfecture attend d'avoir des laissez-passer  pour procéder à l'arrestation des familles et les expulser sans autre forme de procès. Une fois arrêtées, les familles sont quasiment placées au secret : malgré de nombreux appels de RESF et du comité de soutien à toutes les autorités, et même celles de l'aéroport de Pau, il a été impossible hier de savoir où était la famille. L'information était manifestement verrouillée.
Nous avons appris hier vers 17 heures qu'elle était toujours là !

 
L'information a été confirmée par la CIMADE, qui venait de les accueillir au centre de rétention administrative d'Hendaye. Le témoignage de ce qui se passe dans les centres de rétention est important. Nous en avons la preuve, une fois de plus !

 
Les quatre enfants, âgés de 16 mois à 10 ans, sont restés enfermés avec leurs parents pendant des heures, personne ne sait où ..... ni dans quelles conditions.... Peut-on ainsi priver de leurs repères quotidiens des enfants aussi jeunes ? Leurs enseignants, leurs copains, leurs amis ne pouvaient même pas leur envoyer de messages de soutien. Au nom de quoi ?

Hier c'était la JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L'ENFANT.

A cette occasion, en France, un certain nombre d'événements étaient organisés par les acteurs du monde de l'enfance. La préfecture de Pau n'a pas manqué de s'y associer : hier, quatre jeunes enfants ont passé leur journée entre les mains de la police, dans les locaux de la CRS25. Aujourd'hui, ils sont toujours dans un centre de rétention administrative. Leur mère a passé la nuit aux urgences.

La famille devrait être présentée samedi 22 novembre au juge des libertés et de la détention. Dès que l'heure est confirmée, un message d'information vous parviendra.

 

Pour RESF64,

Isabelle Larrouy.

 

Adresse électronique du préfet : philippe.rey@pyrenees-atlantiques.pref.gouv.fr

Téléphone de la préfecture : 05 59 98 24 24

 

Fax ministère Hortefeux : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Standard 01 77 72 61 00

Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr

Conseiller du ministre : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr

Directeur de cabinet : philippe.bart@iminidco.gouv.fr

Directeur-adjoint : guillaume.larrive@iminidco.gouv.fr

Conseillers techniques : sabrina.belkhiri-fadel@iminidco.gouv.fr et

geoffroy.didier@iminidco.gouv.fr

 à Matignon :

http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

Elysée : http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

 

 

CARLOS ANDRE CUBILLOS EST EN RETENTION A LYON DEPUIS LE 17 NOVEMBRE, IL EST

PERE DE 3 ENFANTS.

Il ne doit pas être expulsé sur la colombie !

Pétition : http://www.educationsansfrontieres.org/?article16608#sp16608

 

Monsieur Cubillos, de nationalité colombienne vit en concubinage depuis 2 ans et demi, avec Angela, de nationalité espagnole qui vit donc en France en parfaite légalité !

Ils ont eu deux enfants ensemble.

 Le 17 novembre à 9h30, Carlos a été arrêté, lors d¹un contrôle routier. Il est en rétention à Lyon depuis. La préfecture du Puy-De-Dome lui a notifié un arrêté de reconduite à la frontière, qui a été confirmé par le Tribunal Administratif. On espérait qu¹au minimum, compte tenu de la situation familiale, le TA annulerait le pays de retour, et que Carlos serait renvoyé en Espagne. .. Ça n¹a pas été le cas. Il peut donc être expulsé très vite,en Colombie.

Il laisserait en France ses deux enfants Carla (16 mois) et Nahuel (4 mois), les deux filles de son amie Angela (Magali, 7 ans et Ana Maria, 3 ans) enfants avec avec lesquels il habite et dont il s¹occupe.

Il laisserait aussi sa fille Jessica, 6 ans (d'une précédente union). Jessica habite avec sa mère en Espagne mais rejoint son père lors des vacances scolaires.

Angela et Carlos se sont installés en septembre 2008 en Auvergne. Magali et Ana Maria sont scolarisées respectivement en CE1 et en Maternelle à l'école de Dore l'Eglise.

Carlos n¹a plus aucune famille en Colombie, sa mère étant en cours de régularisation, sa soeur ayant un titre de séjour en Espagne et sa tante et son oncle étant reconnus réfugiés en Espagne.

Toute la famille de Carlos a intégré la AUP en 1985-87, parti politique de gauche pour les droits des plus défavorisés. Un de ses oncles a été enlevé par les paramilitaires. il est mort entre 92 et 93, mais la famille n'a jamais retrouvé son corps.

En 1999-2000 toute la famille recevait des appels anonymes avec menaces de mort, qui les empêchaient de vivre. A cause de cela Carlos est venu en Espagne en 1999 où il a vécu en situation régulière jusqu¹en novembre 2007, date à laquelle son titre de séjour n¹a pas été renouvelé. Un recours est en cours.

En 2001, sa tante Carmen Emma Torres Cubillos et son époux Fernando Torres ont dû quitter la Colombie suite à des menaces de mort.

 

Cette famille ne doit pas être séparée !

Carla, Nahuel doivent pouvoir grandir auprès de leur père.

Magali et Ana Maria doivent pouvoir retrouver leur beau-père.

Jessica doit pouvoir continuer à voir régulièrement son père.

 

Ecrivez à la préfecture du Puy de Dôme pour demander la libération de Carlos ainsi que son droit à vivre auprès des siens.

 

Préfet du Puy de Dôme: dominique.schmitt@puy-de-dome.pref.gouv.fr>

<mailto:dominique.schmitt@puy-de-dome.pref.gouv.fr>

fax : 04 73 98 61 00 ou 04.73.98.61.01

 

 

Contact sur ce dossier

Puy de Dôme : Annie Poujol : 06 18 68 22 60

Rhone : Mireille Peloux : 06 31 11 24 29

 

Fax ministère Hortefeux : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Standard 01 77 72 61 00

Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr

Conseiller du ministre : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr

Directeur de cabinet : philippe.bart@iminidco.gouv.fr

Directeur-adjoint : guillaume.larrive@iminidco.gouv.fr

Conseillers techniques : sabrina.belkhiri-fadel@iminidco.gouv.fr et

geoffroy.didier@iminidco.gouv.fr

 à Matignon :

http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

Elysée : http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr


Posté par bartok79 à 21:17 - Solidarités - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tout à fait subjectif
L' IXODE

Commentaires sur Réseau Education Sans Frontières

Nouveau commentaire

21 novembre 2008