forget-me-not

arrow_left_green_48

Tout à Fait Subjectif*

Je veux des barricades qui servent à quelque chose. Que près des immortelles, elles vivent, les roses...-Henri Tachan


La Lune

La CAMIF en liquidation judiciaire

Source : Reuters
Camif Particuliers placée en liquidation judiciaire

lundi 27 octobre 2008 19h38 NANTES, 27 octobre ( Reuters)

- Le tribunal de commerce de Niort (Deux-Sèvres) a prononcé la liquidation judiciaire de la société de vente par correspondance Camif Particuliers, qui employait 780 salariés.

Sa maison mère, Camif SA (200 salariés), a été placée en redressement judiciaire avec une période d'observation de six mois.

La chute de Camif Particuliers, un des fleurons de la vente à distance, s'est précipitée ces derniers mois et les deux sociétés se sont déclarées jeudi en cessation de paiement.

"Nous ressentons une grande colère vis-à-vis des dirigeants du conseil d'administration de la Camif et ceux de la Maif qui n'ont rien fait", a déclaré Jocelyne Baussant, déléguée Force ouvrière.

La Camif, dont le siège est à Chauray, dans la banlieue de Niort, a été créé en 1947 par la Maif, la mutuelle des enseignants. Elle a perdu des parts de marché à mesure que la vente sur internet se développait.

Jocelyne Baussant a dénoncé "la gestion pharaonique de la fin des années 1990 et début des années 2000 qui a conduit la Camif là où elle se trouve aujourd'hui".

Les salariés envisagent de manifester à Paris car "les annonces du gouvernement concernant les aides aux entreprises en difficulté sont sans effet", a-t-elle ajouté.

La liquidation de l'entreprise menace également l'emploi chez les sous-traitants des Deux-Sèvres. "On estime que pour un salarié Camif il y en a trois autres chez les sous-traitants", a dit Jocelyne Baussant.
Depuis 1995, 740 postes ont été supprimés à la Camif. Le groupe avait annoncé en août un plan de 509 suppressions de postes, dont 365 chez Camif Particuliers et 144 chez Camif SA, sur un total de près de 1.400 personnes.
Camif SA détenait 34% de Camif Particuliers, dont le fonds d'investissement américain Osiris Partners était l'actionnaire majoritaire avec 66% du capital.

Guillaume Frouin et Claude Canellas, édité par Sophie Louet

Par contre :

Plan de sauvetage : les banques françaises s'engagent à… rien

Par Guillaume Duval, rédacteur en chef d'« Alternatives économiques », qui estime que le plan de sauvetage britannique a été beaucoup plus exigeant à l'égard des banques que son équivalent français.

Posté par bartok79 à 22:29 - Social - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tout à fait subjectif
L' IXODE

Commentaires sur La CAMIF en liquidation judiciaire

Nouveau commentaire

27 octobre 2008