forget-me-not

arrow_left_green_48

Tout à Fait Subjectif*

Je veux des barricades qui servent à quelque chose. Que près des immortelles, elles vivent, les roses...-Henri Tachan


La Lune

Demander la Lune


Les départements qui risquent de passer à gauche

Source l'Humanité.fr

Huit départements de plus ? cantonales
Les résultats des élections cantonales traduisent la forte poussée de la gauche enregistrée lors du premier tour.
La démonstration n'était pas aussi criante, dimanche soir, en raison du mode de scrutin, mais là encore la gauche est en mesure de renforcer ses positions.
L'écart entre droite et gauche est même sensiblement supérieur. L'Allier, le Lot-et-Garone, la Corrèze, la Charente-Maritime, les Deux-Sévres, l'Indre-et-Loir, la Somme et la Cote d'Or sont au nombre des assemblées pouvant se retrouver dans l'escarcelle de la gauche qui en détient 51 sur 101 depuis 2004.
A l'issue du premier tour des cantonales où elle a devancé la droite, plus nettement encore qu'aux municipales, la gauche semble en mesure dimanche prochain de conserver, voire d'accroître, sa majorité au sein des 101 conseils généraux, acquise pour la première fois en 2004.
Avant le scrutin, le PS et ses alliés détenaient 51 départements. A la veille du second tour de dimanche 16 mars, huit départements peuvent les rejoindre.    

  • * CORREZE (UMP) : la gauche, emmenée par François Hollande (PS), devrait ravir l'ancien bastion de Jacques Chirac, où siège toujours son épouse Bernadette. Elle a conquis dès dimanche les trois cantons requis pour obtenir la majorité et a conservé 5 de ses 6 cantons, avec ballottage favorable dans le dernier.    
  • * ALLIER (UMP) : déjà minoritaire en sièges depuis plusieurs mois après une cantonale partielle (17 contre 18), la droite va devoir céder la présidence du conseil général à la gauche, plusieurs candidats DVD se retrouvant en ballottage défavorable.    
  • * LOT-ET-GARONNE (UMP) : la gauche aborde en position favorable le second tour, où 20 sièges, dont 15 détenus par la droite, sont en jeu. Il suffit à la gauche de remporter un siège, sans en perdre un seul sur les cinq qu'elle détient, pour conquérir le conseil général, géré par la droite depuis 1978. "C'est arithmétiquement perdu", concède l'UMP.
  • * CHARENTE-MARITIME (UMP) : basculement possible à gauche, la droite disposant d'une très courte majorité (un siège). Deux cantons à droite semblent menacés.    
  • * DEUX-SEVRES (UMP) : dans le fief de Ségolène Royal, la gauche pourrait obtenir la majorité, qui tient à un fil pour la droite. Sur les quatre derniers cantons en ballottage, deux devraient rester à droite mais deux pourraient basculer à gauche.
  • * INDRE-ET-LOIRE (DVD) : la majorité actuelle (un siège) pourrait être défaite dimanche, la droite pouvant perdre deux des 11 cantons en ballottage.    
  • * SOMME (UDF/MoDem) : suspense au conseil général tout comme à la mairie d'Amiens, où Gilles de Robien est menacé. La gauche doit ravir à la droite trois sièges sur les 13 encore à pourvoir pour s'emparer de la présidence.    
  • * COTE D'OR (UMP) : la majorité sortante n'a que trois sièges d'avance. Dimanche, elle doit l'emporter dans cinq cantons pour conserver la présidence. L'UMP juge la victoire "quasi certaine" dans 4 et "possible" dans le dernier.

Dans la plupart des départements, le second tour sera déterminant

Posté par bartok79 à 00:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tout à fait subjectif
L' IXODE

Commentaires sur Les départements qui risquent de passer à gauche

Nouveau commentaire

13 mars 2008