forget-me-not

Tout à Fait Subjectif*

Ne dis jamais, jamais, ne dis jamais toujours
Laisse à la mort le soin de prononcer ces mots...-F.Béranger




Éphéméride Le 16 décembre

J'aime bien le matin en me levant, une belle gelée, l'herbe toute blanche et un grand ciel tout bleu illuminé par un gros soleil resplendissant. C'est le cas ce matin.

Je viens de lire une histoire instructive qui pourrait, il me semble être adaptée de nos jours, pour des fait similaires.
C'est la légende d'Érysichthon, nom grec qui signifie "Le laboureur", elle fait partie du cycle de Déméter, la déesse de la culture et des moissons.
J'en fais une interprétation libre, la légende dit que le "fameux laboureur" voulait abattre un chêne, qui j'imagine devait le gêner, lui ôter son soleil, ou était-il situé au beau milieu d'un de ses champs. Donc le voilà parti avec quelques hommes pour abattre l'arbre vénérable, à plusieurs titres, parce qu'il était magnifique, très vieux, pourvoyeur de belles glandées, et surtout, certainement pour toutes ces raisons, protégé par la déesse de la terre Déméter.
Aucun des hommes venus avec Érysichthon, ne voulut abattre le grand chêne, sachant qu'ils en seraient châtiés.
Mais notre laboureur, obtus et bestial, pris sa cognée et à lui tout seul commis l'irréparable.

Déméter se mit en pétard et elle le comdamnat à avoir toujours  faim, une faim inextinguible, la fringale quoi. Et ce qui devait arriver arriva, il mangea tant et tant qu'il se ruina, son père le maudit et il finit par se dévorer lui même.
C'est qu'on rigolait pas avec les Dieux en ce temps là !

Je pense donc à tous ceux agriculteurs ou pas, qui abattent sans état d'âme toutes les haies autour des champs, toujours avec de bonnes raisons selon eux et qui font de nos campagnes de mornes plaines.
Je me souviens quand j'allais dans ma famille par alliance, la sœur de mon ex femme qui habitait la Beauce, de chez elle on voyait aux quatre points cardinaux des clochers d'églises qui se situaient à plusieurs dizaines de kilomètres, pas un arbre, rien, le vide.
Et bien chez nous certains endroits en sont rendus au même point, le regard se porte au loin,  ne rencontre aucun obstacle si ce n'est le vallonnement du relief.

La trame verte et bleue, un beau nom, une initiative pleine de promesses, mais qu'en est il ?

Je vais de chez moi à un village, par une petite route en sous-bois, qui passe en lisière d'une forêt et je vois de plus en plus de grandes coupes à blanc et quelques temps après les terrains gagnés sur les bois sont cultivés, elle va aller jusqu'où cette extension ?. On peut aussi supputer que la demande de bois de chauffage est importante et que la vente en est d'un bon rapport.
Mais alors il faut gérer..

Ce sont des bois privés donc aucune infraction de commise mais c'est envers la nature qu'il y a une atteinte insupportable.
Bon à tous ceux là qui défrichent, qui gomment les palisses, je ne leur souhaite pas, bien sûr, le supplice d'Érysichthon mais j'aimerais qu'ils fassent  une pause et qu'ils réfléchissent.
Il y a peut être d'autres solutions..


«Ben oui, que veux-tu, le militantisme incite tôt ou tard à marcher au pas. A penser au pas. A chanter au pas..... » P.F.



« Je veux bien souffrir, mais je ne veux pas désespérer. je ne laisserai personne éteindre en moi la petite lampe rouge de la confiance ».  Christian Bobin, Le Christ aux coquelicots, Lettres vives, 2002.


Niort : météo à 7 jours



Ferre

C’est à trop voir les êtres sous leur vraie lumière qu’un jour ou l’autre nous prend l’envie de les larguer. La lucidité est un exil construit, une porte de secours, le vestiaire de l’intelligence. C’en est aussi une maladie qui nous mène à la solitude."   Léo Ferré

Dans la même veine Rousseau dans ses lettres à monsieur de Malherbes :

[…]

Rousseau

J'aime trop les hommes pour avoir besoin de choix parmi eux; je les aime tous, et c'est parce que je les aime que je hais l'injustice; c'est parce que je les aime que je les fuis, je souffre moins de leurs maux quand je ne les vois pas. Cet intérêt pour l'espèce suffit pour nourrir mon cœur; je n'ai pas besoin d'amis particuliers, mais, quand j'en ai, j'ai grand besoin de ne les pas perdre, car, quand ils se détachent, ils me déchirent.



16 décembre 2017

Le 16 décembre

Éphéméride Le 16 décembreJ'aime bien le matin en me levant, une belle gelée, l'herbe toute blanche et un grand ciel tout bleu illuminé par un gros soleil resplendissant. C'est le cas ce matin. Je viens de lire une histoire instructive qui pourrait, il me semble être adaptée de nos jours, pour des faits similaires. C'est la légende d'Érysichthon, nom grec qui signifie "Le laboureur", elle fait partie du cycle de Déméter, la déesse de la culture et des moissons. J'en fais une interprétation libre, la légende dit que le "fameux... [Lire la suite]
Posté par bartok79 à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2017

Le 15 décembre

Éphéméride  Le 15 décembre.Un beau soleil rasant apparait au-dessus du toit en face,  projetant au sol des ombres  chinoises. Le chien du voisin  se retrouvant seul et attaché aboie au désespoir de sa liberté perdue. Il fait doux avec un zeste d'humidité. Tout cela fait un beau coquetaile pour une journée d'hiver à consommer avec modération. J'ai ouvert la porte de derrière au chien pour qu'il puisse aller faire ses besoins, et courir un peu à la recherche de senteurs oubliées et enivrantes. Hier j'ai... [Lire la suite]
Posté par bartok79 à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2017

Le 14 décembre

Éphéméride Le 14 décembre En exergue, je tenais à mettre cet aphorisme de Nietzsche :«La structure morale d'un philosophe dicte la philosophie qu'il produit»  Il en est ainsi pour tout ce que nous accomplissons non ?Il y a des jours où on n'a pas grand chose à dire. Calme plat. La météo, il fait pas beau, mais pas mauvais, n'oublions pas que nous sommes le 14 décembre et sous nos latitudes le soleil et la chaleur sont rarement présents. Ai-je bien dormi ? oui pas mal, mais comment cela se fait-il que je suis fatigué en me... [Lire la suite]
Posté par bartok79 à 10:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 décembre 2017

Le 13 décembre

Éphéméride Le 13 décembre Il pleut, doucement, il fait pas chaud quand même +6° à 7h30. Une journée tranquille s'annonce, mais sait-on jamais !Entendu ce matin vers 6h00 sur France-culture : Sofia Djama, réalisatrice, pour le film Les bienheureux. Très intéressante interview de la jeune cinéaste, ça m'a donné envie de le voir. J'espère qu'il passera dans mon quartier étendu, élargi, Melle au Méliès. Ma petite histoire : «Je m'appelle sampa,-Et mon histoire est belle-Je mouille des divans,-Je souille des parquets..» Sampa - Georges... [Lire la suite]
Posté par bartok79 à 21:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 décembre 2017

Le 12 décembre

Éphéméride Le 12 décembreLe froid est revenu, malheureusement avec un peu de l'humidité des jours de pluie précédents, mais dehors un beau soleil brille, il fait 0°.. Hier soir, je suis allé au cinéma à Melle (cinéma associatif), il se nomme "Le Méliés". Original, non, pour un cinéma ? Deux salles dont une très récente et l'autre qui date d'une petite trentaine d'années. J' y ai une place, les sièges y sont un peu avachis, mais je m'y sens bien. On y passe beaucoup de bons films, la salle est reconnue "Salle d'art et d'essai" et... [Lire la suite]
Posté par bartok79 à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]